Mont faron 1

Sur les hauteurs de Telo Martius*

En ce 31 mars 2019, une soixantaine de membres de l’Estérel Côte d’Azur Chapter se sont retrouvés à 9h au péage du Cannet des Maures pour la 3ème ballade de l’année, placée sous le signe de la découverte des sommets de l’aire toulonnaise.

Le passage à l’heure estivale aidant, les joues sont fraiches et les muscles engourdis lorsque nos bikeuses et bikers se regroupent progressivement, sous l’œil circonspect des gilets jaunes du rond-point d’en face; ils s’interrogent sans doute sur d’éventuels motards « partisans », mais observent en réalité nos safeties qui prennent les instructions pour une sortie en toute sécurité, mission qu’ils accompliront avec brio tout au long de la journée !

Un levé de béquille plus tard, nous voilà roulant sur la nationale, en direction de Toulon et sa plus belle rade d’Europe. Les villages s’enchaînent, Gonfaron, Pignans, Carnoules… jusqu’à notre arrivée au pied du Mont-Faron, colline emblématique qui domine la ville de Toulon, et culmine à 584 mètres de hauteur. On nous a prévenus que la montée n’était pas aisée, et très vite la route devient étroite, bordée de précipices, nous croisons de nombreux cyclistes et autant de virages en épingle. Quelques-uns y laisseront des plumes, heureusement sans gravité. On retiendra surtout la vue superbe au détour des pins, sur la rade et ses bateaux. La pause au sommet est bien méritée, et le soleil, plus haut dans le ciel, est lui aussi le bienvenu, qui réchauffe nos corps au diapason de nos cœurs. Le temps de se dégourdir les jambes et d’admirer le panorama, nous entamons notre descente, toute aussi sinueuse, pour nous diriger vers le point culminant des environs, le Mont Caume, qu’on appelle aussi le Mont « pelé ».

Cette fois c’est la campagne toulonnaise qui nous ouvre les bras, les Pomets, le Broussan, et autres petits bouts de terre, avant de plonger dans les gorges d’Ollioules. Si l’on prend le temps de lever les yeux on aperçoit quelques merveilles, comme le charmant village d’Evenos, niché sur la colline. Quelques kilomètres de plus nous portent vers le restaurant l’Alisson à Six-Fours les plages où Cathy et Fabrice nous réservent un chaleureux accueil. Tandis que le gros des troupes s’installe sur la terrasse pour profiter de la chaleur qui nous a tant fait défaut le matin, nos hôtes nous préparent de délicieuses grillades pleines de saveurs. Deux heures se passent ainsi dans une joyeuse ambiance comme nous en avons l’habitude. On est heureux d’être ensemble tout simplement !

La ballade n’est pas terminée… notre prochaine destination est la colline de Notre Dame du mai et sa vue féérique sur la méditerranée. Un fois passé le pittoresque port du Brusc, nous grimpons vers les hauteurs de La Seyne sur mer, et arrivons pile en face des monts visités le matin. La route est splendide, et le convoi garde un bon rythme tout au long de la descente vers la corniche Tamaris Pacha et ses célèbres parc à huitres. Puis c’est la traversée du tunnel de Toulon, tradition oblige, les machines vibrent et les sirènes se mettent à hurler !

Une dernière poussée au travers du territoire « Cœur du Var », achève notre périple du jour. C’est l’occasion de remercier une nouvelle fois nos valeureux safeties qui n’ont pas démérité, l’ensemble des membres du bureau pour leur action, et bien-sûr l’organisateur de cette sortie, notre Directeur fraichement élu et non moins reconnu, qui nous a guidé sur les hauteurs de Telo Martius !

* l'origine du nom Toulon vient de Telo Martius de Telo : la déesse ligure des sources, ainsi baptisée par les Romains au Vème siècle.

Un texte de céline.

Mignotteceline

Un clic ICI pour voir les photos de Guy.

Favorelguy

 


Mont faron 2